À flux détendu

Christophe Kantcheff  • 26 avril 2012 abonné·es

« Le calembour est la fiente de l’esprit qui vole » , a écrit Victor Hugo. Un mot passé à la postérité. Mais, comme beaucoup d’aphorismes, il n’est pas forcément juste. Certains

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 2 minutes