Être né en enfer

Shin Dong-hyuk est le seul prisonnier évadé d’un camp nord-coréen. Un récit unique sur la dictature la plus dure du monde.

«Aujourd’hui encore, j’ai du mal à comprendre les mots bonheur, amour, solidarité. Si vous connaissez leur signification profonde, dites-le moi. » C’est avec une voix très douce et un léger sourire de modestie que Shin s’adresse aux journalistes et évoque les pires heures de son passé de prisonnier au camp de concentration numéro 14, l’un des plus terribles de Corée du Nord. Avec le journaliste américain Blaine Harden, il signe un livre rassemblant ses souvenirs, depuis sa naissance au camp jusqu’à sa…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.