Québec : Renvoyés à leurs chères études

Malgré trois mois d’un conflit violent, le gouvernement refuse d’entendre les revendications des étudiants. Par Jean-Rémi Carbonneau, Mélissa Desrochers et Marc-André Marquis.

Le Premier ministre du Québec, Jean Charest, annonçait dans son budget de mars 2011 une nouvelle hausse de 75 % des frais de scolarité (1 230 euros), répartie sur cinq ans, faisant suite à celle de 30 % imposée de 2007 à 2011. Chantant sans relâche la litanie de la « juste part », le gouvernement libéral privilégie plutôt le renforcement d’un modèle néolibéral de gestion de l’éducation supérieure qui valorise la compétition entre les universités, le concept d’utilisateur-payeur (l’éducation comme une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents