Grèce : élection sous pression

Le parti de la gauche radicale Syriza est le favori du scrutin de dimanche, sur fond d’austérité sans fin. Correspondance d’Athènes, Amélie Poinssot.

Vote ou référendum ? La nouvelle campagne électorale grecque aura été dominée par la question du maintien ou non du pays dans la zone euro. Problématique largement imposée par Bruxelles et les dirigeants européens, puis relayée en Grèce par de nombreux médias, bien que personne, parmi les élus du 6 mai dernier, ne prône en réalité une sortie de l’Union européenne ou de la zone euro, à l’exception du Parti communiste (KKE) et du parti néonazi Aube dorée. En dépit du résultat du premier scrutin, qui a révélé…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.