Pesticides : adieu Cruiser ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, veut interdire l’utilisation
sur le colza du Cruiser, pesticide dit systémique car actif en enrobage des semences. Le contraire aurait été incompréhensible : une étude irréfutable de l’Inra d’Avignon démontre l’impact négatif, à faibles doses, sur les colonies d’abeilles butineuses de colza, jusqu’à provoquer leur perte. Cet effet n’avait
jusqu’alors été prouvé qu’à des doses très supérieures à l’exposition naturelle, argument principal de la défense de l’agrochimie. Une avancée majeure, donc. Syngenta, producteur du Cruiser, doit présenter ses remarques d’ici mi-juin.
Mais, au-delà, tous les pesticides systémiques semblent désormais sur la sellette : en mars, l’université britannique de Stirling concluait aussi à des ravages chez des bourdons soumis à des plantes traitées au Gaucho.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents