Essai de la semaine : La « démocratie Potemkine » de Vladimir Poutine

Une journaliste russe retrace le parcours de « l’homme fort » qui a confisqué tous les pouvoirs.

Officiellement, surtout du point de vue des gouvernements occidentaux qui ont besoin de son gaz et de son pétrole, Vladimir Vladimirovitch Poutine, né le 7 octobre 1952 à Leningrad, n’est pas un dictateur. Juste « l’homme fort » dont les Russes auraient rêvé depuis la disparition de l’URSS, le 26 décembre 1991. Le livre de la journaliste russe Tania Rakhmanova montre avec quel talent et quel machiavélisme cet obscur membre du KGB a écarté l’ivrogne fantasque Boris Eltsine au début de l’année 2000, puis,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents