Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Opération « Bienvenue en Palestine », pour briser le blocus

Une centaine de militants pro-Palestiniens tenteront, dimanche 26 août, de se rendre pacifiquement en Cisjordanie, via Amman. Deux récentes tentatives ont été repoussées sans ménagement par Israël.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ils embarqueront les valises pleines de fournitures scolaires pour les enfants palestiniens. Vendredi 27 août, une centaine de militants de la cause palestinienne se sont donné rendez-vous à Amman, en Jordanie. Objectif : rejoindre dimanche la Cisjordanie, pour diffuser un message de paix et dénoncer le blocus des territoires occupés. Ces opposants à la politique d’Israël, français, belges, espagnols, suisses, anglais et américains, ont prévu une semaine de rencontres, notamment avec le Gouverneur de Bethléem, et doivent séjourner pour certains d’entre eux dans des familles du camp de réfugiés de Aïda.

Après deux tentatives repoussées par les autorités israéliennes en juillet 2011 et avril 2012, les organisateurs de l’opération « Bienvenue en Palestine » n’ont obtenu aucune garantie formelle qu’ils pourraient franchir la frontière de la Cisjordanie. Le quai d’Orsay a même attiré leur attention, mardi, sur « les risques de refoulement, par les autorités israéliennes » des participants à la mission de solidarité.

Liberté de circulation

« Nous avons souvent menti pour pénétrer dans les territoires palestiniens, via Israël, en nous faisant passer pour des touristes ou en cachant notre destination. Mais nous ne pouvons plus mentir, comme si nous avions honte de prononcer le mot ' Palestine '  », raconte Olivia Zémor, animatrice tenace du réseau Capjpo-Europalestine (Coordination des appels pour une paix juste au Proche-Orient), qui pilote le volet français de l’opération. Depuis un an, ces militants de la cause palestinienne ont donc pris le parti de se présenter collectivement aux frontières d’Israël, convoquant la presse internationale et les politiques, pour dénoncer les atteintes à la liberté de circulation et manifester leur soutien aux populations des territoires occupés.

Cette fois, l’équipée transitera par Amman, en Jordanie, pour contourner Israël. Le rendez-vous est fixé dans la journée du dimanche 26 août sur le pont-frontière d’Allenby, entre la Jordanie et la Cisjordanie, au milieu duquel se situe un check point israélien. Les autorités israéliennes n’ont, pour l’heure, fait aucune déclaration.

« Liste noire »

En juillet 2011, l’autorité israélienne avait déployé un important dispositif de sécurité à l’aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv pour interpeller ou refouler les participants de la première mission « Bienvenue en Palestine ». Israël avait aussi diffusé aux compagnies aériennes une « liste noire » de 342 personnes à qui elle avait refusé l’entrée sur son sol. Après quatre jours de rétention à la prison de Ramleh près de Tel-Aviv, une centaine de militants avaient été renvoyés vers leurs points de départ, sans motif officiel d’expulsion. 

Un dispositif d’accueil similaire était déployé, en avril 2012, pour la seconde opération « Bienvenue en Palestine ». Israël avait communiqué aux compagnies aériennes une liste démesurée de personnes non acceptées sur son sol. Quelque 1500 militants pour la paix s’étaient retrouvés bloqués dans les aéroports d’Europe, au mépris de leurs droits.


Photo : AFP / Cris Bouroncle

Haut de page

Voir aussi

Quelle Europe pour la gauche ?

Politique par

accès libre

 lire   partager

Articles récents