La SNCF veut délocaliser ses informaticiens

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Déjà en 2009, la direction de la SNCF avait voulu confier à IBM la sous-traitance de sa gestion informatique (avec délocalisation à la clé en Asie ou en Europe de l’Est). La mobilisation de l’intersyndicale, en particulier de SUD-Rail, avait contraint la direction à abandonner ce projet – moyennant 70 millions d’euros payés à IBM pour rupture de contrat ! Malgré ce fiasco, la SNCF revient à la charge, toujours avec IBM. Furieux, les syndicats de cheminots dénoncent cette nouvelle tentative de l’entreprise publique. Et appellent le gouvernement Ayrault à « donner enfin des garanties sérieuses sur l’arrêt immédiat des délocalisations d’emplois d’informaticiens à la SNCF ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents