« Le Sommeil d'or », de Davy Chou : Le fantôme des images

Avec le Sommeil d’or , Davy Chou réveille la mémoire du cinéma cambodgien, emportée par les Khmers rouges.

Générique d’entrée : « Le premier long-métrage cambodgien aurait été réalisé en 1960. Très vite, les studios se développent et les films khmers remportent un succès foudroyant. De 1960 à 1975, le Cambodge produit près de quatre cents films et Phnom-Penh compte plus de trente cinémas. À l’accession au pouvoir des Khmers rouges, en avril 1975, le cinéma est interdit, les salles sont fermées, les bobines laissées à l’abandon. Comptant parmi les nombreux ennemis du peuple, la plupart des cinéastes et des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents