N’importe quoi, Lucien

Le matin, avec mon pote Lucien, on se retrouve au café pour commenter l’actualité. (Un peu comme fait Alain Finkielkraut aux comptoirs médiatiques où il a ses facilités – sauf que nous, bien sûr, on passe pas notre temps à vérifier s’il y aurait pas quelques Noirs de trop dans l’Onze françousque, ou à bubuler que l’antiracisme sera le communisme d’après-demain, et de la semaine prochaine aussi, también. ) Et donc, ce matin, je disais à Lucien : tu vois, Lucien, ce qu’il y a de bien, avec les ministres de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents