Séralini, toujours en alerte

Au nom de sa responsabilité scientifique, le chercheur dénonce depuis des années l’indigence des études sanitaires menées sur les transgéniques.

Jusqu’à la semaine dernière, la France n’avait guère entendu parler de Gilles-Éric Séralini. L’homme a pourtant des états de service qui inspirent la confiance. Professeur de biologie moléculaire, chercheur à l’Institut de biologie fondamentale et appliquée, et codirecteur du pôle « risques, qualité et environnement durable » à l’université de Caen, il est, depuis une quinzaine d’années, expert auprès du gouvernement français, de l’Union européenne et de quelques pays étrangers. En 2008, ses travaux lui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents