Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Viols collectifs : Mobilisation féministe

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


En apprenant que seulement quatre des quatorze hommes poursuivis dans l’affaire des viols collectifs de Fontenay-sous-Bois avaient été condamnés par la cour d’assises du Val-de-Marne, le mouvement Osez le féminisme a dénoncé un « permis de violer » . Alors que le Ministère public, qui considère que « le verdict est trop éloigné du réquisitoire de l’avocate générale » , a fait appel vendredi, la mobilisation se poursuit. Le 15 octobre, le collectif Féministes en mouvements ! manifestait devant le ministère de la Justice, à Paris, pour exprimer sa colère. Il a également rédigé une lettre ouverte demandant une réponse politique qui sera envoyée à François Hollande. Au soir du même jour, elle était paraphée par plus de 22 000 personnes.


Haut de page

Voir aussi

Quelle Europe pour la gauche ?

Politique par

accès libre

 lire   partager

Articles récents