« La fermeture de Sangatte n’a rien changé »

Jean-Pierre Alaux explique comment l’insertion des migrants est rendue impossible. Et souligne l’absurdité des politiques de dissuasion.

Jean-Pierre Alaux dénonce le non-respect des droits fondamentaux des exilés et la théorie selon laquelle une amélioration de leurs conditions d’accueil augmenterait leur nombre. Selon vous, la fermeture du centre de Sangatte était-elle inévitable ? Jean-Pierre Alaux : Dans la mesure où Sangatte ressemblait davantage à un camp qu’à un centre, il fallait y mettre fin. Mais un traitement inhumain a été remplacé par un autre traitement inhumain. Aujourd’hui, les migrants vivent comme des SDF tout en se cachant…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents