Dossier : Au secours, la droite revient

« Recréer des liens de solidarité »

Emmanuel Antoine analyse l’essor des alternatives au low cost. Selon lui, leur développement nécessite une volonté politique.

Le low cost n’est pas une fatalité. Amap sociales, systèmes d’échange de services, recycleries, conserveries, fripes, zones de gratuité et vide-greniers (1), ces initiatives collectives ne sont pas nouvelles. Leur développement ces dernières années semble refléter tant une volonté de réduction des dépenses en temps de crise qu’une interrogation sur la consommation. Pour Emmanuel Antoine, elles ne peuvent prendre de l’ampleur que si elles sont pensées politiquement et qu’elles alimentent un projet de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.