Sous les difficultés, l’excellence

Le lycée Saint-Exupéry, au Val-Fourré, prépare les élèves à Sciences Po.

Mantes-la-Jolie, 44 000 habitants, entre pavillons de Gassicourt et barres du Val-Fourré, c’est toute une histoire sociale emblématique de l’urbanisation rapide des années 1960. En 1991, les émeutes urbaines font prendre conscience aux pouvoirs publics de l’échec de cette politique. Depuis vingt ans, une dizaine de tours du Val-Fourré ont été dynamitées. Mais ces tentatives de réhabilitation n’ont pas résolu le problème majeur de ce quartier du « bout de la ville » : un chômage massif et un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents