Destruction des cabanes

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le tribunal de Saint-Nazaire a autorisé, le 11 décembre, le préfet de Loire-Atlantique à « solliciter les forces de l’ordre pour démolir les constructions qu’il juge illicites ». Sont visées les cabanes construites lors de la manifestation du 17 novembre contre le projet d’aéroport. Le préfet n’est cependant « pas autorisé à expulser les occupants », a affirmé M. Erwan Lemoigne, avocat de l’association des opposants. Lundi, ceux-ci ont déclaré à la préfecture ces cabanes comme leur domicile principal. En vertu de la trêve hivernale, qui s’applique sous certaines conditions aux occupants « illégaux », l’expulsion nécessiterait une nouvelle procédure judiciaire.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents