Les bons sentiments coloniaux de la gauche

Jean-Louis Marçot analyse les alibis idéologiques de l’entreprise coloniale française.

Des générations d’écoliers ont appris que la colonisation de l’Algérie était une sorte d’accident de l’histoire. La conséquence de l’emportement du dey d’Alger, qui souffleta de son chasse-mouches le consul Deval, un certain 30 avril 1827. L’événement eut bien lieu, en effet, mais dans un contexte précolonial qui trahissait déjà les convoitises françaises. La somme que nous propose Jean-Louis Marçot dépasse de beaucoup l’histoire événementielle. À l’appui d’une foule de documents, l’historien tisse surtout…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents