Tunisie : Les islamistes divisés

Au-delà de l’émotion, l’assassinat du leader de la gauche radicale, Chokri Belaïd, a provoqué une crise politique majeure. Correspondance à Tunis de Thierry Brésillon.

Depuis l’assassinat, le 6 février, de Chokri Belaïd, avocat et leader du parti des Patriotes démocrates (gauche radicale), les Tunisiens ont l’impression de vivre un cauchemar. Sous un ciel de plomb et des averses glaciales, les rues de Tunis se vident rapidement le soir tandis que des rumeurs entretiennent la psychose : groupes de salafistes armés patrouillant dans les rues, SMS prétendument envoyés par un « ami » au ministère de l’Intérieur évoquant des listes de personnalités à abattre, ou le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La bataille de l’information

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents