Tunisie : Les islamistes divisés

Au-delà de l’émotion, l’assassinat du leader de la gauche radicale, Chokri Belaïd, a provoqué une crise politique majeure. Correspondance à Tunis de Thierry Brésillon.

Thierry Brésillon  • 14 février 2013 abonné·es

Depuis l’assassinat, le 6 février, de Chokri Belaïd, avocat et leader du parti des Patriotes démocrates (gauche radicale), les Tunisiens ont l’impression de vivre un cauchemar. Sous un ciel de plomb et des averses glaciales, les rues de Tunis se vident rapidement le soir tandis que des rumeurs entretiennent la psychose : groupes de salafistes armés patrouillant dans les rues, SMS prétendument envoyés par un « ami » au

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 4 minutes