Le mot malheureux de François Hollande sur la «sincérité» de Stéphane Hessel

Évoquant l'engagement de Stéphane Hessel en faveur du peuple palestinien, lors de son discours d'hommage, jeudi 7 mars, le président français a fait part d'une certaine « incompréhension ».

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Décidément, le conflit israélo-palestinien ne connaît jamais de trêve. Alors qu'il rendait un hommage solennel à Stéphane Hessel, jeudi matin dans la cour des Invalides, François Hollande a cru devoir porter un coup de griffe inattendu en cette circonstance au grand résistant disparu : « Il pouvait aussi, porté par une cause légitime comme celle du peuple palestinien, susciter par ses propos l’incompréhension de ses propres amis. J’en fus. La sincérité n’est pas toujours la vérité. »

Saura-t-on quelle est cette vérité que Stéphane Hessel aurait méconnue et que le président de la République connaîtrait ? Un peu plus tard, au cimetière Montparnasse, faisant l'éloge du défunt, Michel Rocard invitait ceux qui ont critiqué Stéphane Hessel sur son engagement en faveur des droits des Palestiniens à « faire d'abord leur examen de conscience…»

Les applaudissements ont jailli d'une foule nombreuse et recueillie.

  • Voir l'extrait du discours:



Photo : AFP / ZACHARIE SCHEURER / POOL

Haut de page

Voir aussi

Articles récents