Le pape, un fervent misogyne

Quand il s’agit de la place des femmes dans la société, Jorge Mario Bergoglio, alias François, s’inscrit dans la tradition la plus réactionnaire. Les citations suivantes en font foi.

Donc, Habemus papam … Et c’est un concert de louanges : « François » serait un ami des pauvres. Un pape aux pieds nus, contempteur des puissances de l’argent. Mais, nous dit-on, bien conservateur dans le domaine des mœurs. Il y a peu de chances, par conséquent, pour que Jorge Mario Bergoglio permette une évolution sur la question de l’ordination des femmes, qui mobilise pourtant plusieurs associations catholiques… L’Église et les femmes, c’est une longue histoire de misogynie. Et ce n’est pas Joseph…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.