Une centrale russe à l’assaut de l’Europe

La Russie construit deux réacteurs dans l’enclave de Kaliningrad, malgré les risques et l’opposition locale. Objectif : vendre du courant à l’UE. La Société générale pourrait cofinancer le projet.

Une centrale nucléaire russe au cœur de l’Union européenne : les premiers mètres cubes de béton ont été coulés en février 2012. C’est dans l’enclave de Kaliningrad, 15 000 km2 coincés entre la Lituanie et la Pologne mais partie intégrante de la Russie. La mise en service est prévue pour 2017. Cependant, le projet rencontre une forte opposition locale, qui pourrait bientôt gagner l’Union. Car, pour la première fois dans l’histoire du nucléaire russe, Rosatom, l’agence atomique d’État, a décidé d’ouvrir 49 %…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé aux abonnés

Pour lire cet article :

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents