À contre-courant / Des godillots aux polichinelles

Le Parlement va examiner en février la loi de « réforme bancaire » proposée par Pierre Moscovici. L’Association française des banques (AFB) s’est crue obligée de pondre un communiqué convenu déplorant une réforme coûteuse et inutile. Inutile, voilà donc un adjectif qui fait l’unanimité parmi tous les observateurs. La réforme n’interdit pas aux banques de financer la spéculation en s’appuyant sur l’argent de leurs clients. Elle ne les oblige pas à fermer leurs filiales dans les paradis fiscaux. Elle ne leur…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents