Pierre Khalfa : « Un tour de vis qui aggrave la situation »

Les orientations du programme de stabilité présenté par le gouvernement, contestées à gauche, entraînent, selon l’économiste Pierre Khalfa, une logique récessive.

Après un passage au Parlement les 23 et 24 avril, le programme national de réforme et de « stabilité » pour les années 2013 à 2017 doit passer sous les fourches caudines de la Commission européenne le 30 avril. Depuis l’adoption du traité budgétaire européen (TSCG), cette dernière a désormais la responsabilité d’évaluer le budget de la France. Avec pour seul critère une règle d’or d’équilibre budgétaire qui contraint les États membres à appliquer une politique d’austérité. Ainsi, la stratégie budgétaire du…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents