Banalité du mal

Hannah Arendt ne s’est pas livrée à une comparaison des niveaux de responsabilité, elle a interrogé la notion même de responsabilité.

Et si on parlait d’autre chose, en attendant l’incontournable conférence de presse de François Hollande, jeudi ? Et si, au moment où s’ouvre le Festival de Cannes, on parlait cinéma ? Histoire de partager quelques impressions après avoir vu le film que Margarethe Von Trotta a consacré à Hannah Arendt. Il se peut que ce ne soit pas le chef-d’œuvre du siècle, mais la cinéaste a su éviter les facilités d’une biographie forcément anecdotique. Et elle a réussi, me semble-t-il, à restituer les termes d’un débat…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé aux abonnés

Pour lire cet article :

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents