Garder le secret des sources

La Commission nationale consultative des droits de l’homme a remis son avis sur la protection des sources.

On se souvient de l’épisode des « fadettes », relatif à l’enquête sur l’affaire Bettencourt. En 2010, le procureur de la République de Nanterre, Philippe Courroye avait demandé à un opérateur de lui communiquer les factures téléphoniques détaillées de trois journalistes pour découvrir quelle était leur source (en l’occurrence, Gérard Davet et Jacques Follorou, du Monde, et Fabrice Lhomme, alors à Mediapart). Cette démarche suffisait à démontrer l’insuffisance de la loi sur la protection des sources, quand…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents