Parutions de la semaine

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La politique a-t-elle encore un sens ?

Hannah Arendt, Éd. L’Herne, « Carnets », 104 p., 9,50 euros.

À l’occasion de la sortie en salles du beau film de Margarethe Von Trotta, Hannah Arendt, les Éditions de L’Herne ont eu la bonne idée de rééditer ce court texte de la philosophe allemande ayant fui le nazisme, après une solide formation auprès de Karl Jaspers et de Hüsserl et, on le sait, l’influence intellectuelle (et passionnelle) de Heidegger. Issu de fragments retrouvés à sa disparition, en 1975, de son projet inachevé d’une Introduction à la politique qui devait venir compléter sa seconde grande œuvre (après les Origines du totalitarisme ), la Condition de l’homme moderne, cet opuscule s’interroge sur la possibilité d’une refondation de la démocratie et, dans un monde post-totalitaire marqué par la « désaffection pour la “chose publique” » et la « relative déconsidération des hommes politiques », sur ce qui peut rester de « sens » à la politique. Un texte ô combien actuel.

La République en souffrance

L’état des droits de l’homme en France

Ligue des droits de l’homme, Pierre Tartakowsky, Françoise Dumont et Tiphaine Inglebert (dir.), éd. La Découverte, « Sur le vif », 128 p., 13 euros.

Soulagement, impatience et, déjà, déception. Ce sont là les trois sentiments que l’on ressent à la lecture de cette livraison 2013 de « l’état des droits de l’homme » dans l’Hexagone, rapport annuel de la Ligue des droits de l’homme (LDH). Soulagement parce que cette édition vient clore les cinq années de la « longue page autoritaire, xénophobe et désastreuse au regard des droits, des libertés, du vivre-ensemble » que fut la présidence Sarkozy. Impatience car, comme beaucoup à gauche, la LDH attend que le slogan « le changement, maintenant » prenne effet, et vite, au moins en termes de libertés publiques. Et déception car l’actuel gouvernement, Manuel Valls en tête, ne semble pas prendre la bonne voie en la matière. Examinant les dossiers les plus urgents (droit de vote des résidents étrangers, contrôles d’identité, inégalités sociales, etc.), ce livre se veut aussi un argumentaire pour « aider aux nécessaires mobilisations citoyennes ».

Captures

Marc Bernardot, éd. du Croquant, « Kritikos », 192 p., 11 euros.

Professeur de sociologie à l’université du Havre, spécialiste de l’immigration et auteur en 2008 d’une intéressante histoire de la Sonacotra, Marc Bernardot analyse avec force, en s’appuyant sur l’exemple historique des lointaines guerres de captures d’esclaves, la terrible « militarisation de la question migratoire » dans les pays occidentaux et ailleurs.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents