Espagne/FMI Salaires : 645 euros, c’est trop

Le FMI a prévu sa potion magique : baisser les salaires.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le FMI estime que l’Espagne pourrait bientôt sortir de la récession mais s’inquiète du « niveau inacceptable » du chômage. Pour y remédier, le FMI a prévu sa potion magique : baisser les salaires. « Nous pensons qu’il devrait y avoir plus d’équilibre entre la modération salariale et les destructions d’emplois, pour que l’ajustement soit fait davantage au niveau des salaires et moins au niveau du nombre d’emplois », a expliqué James Daniel, chef de la mission du FMI en Espagne. Fin mai, la Banque d’Espagne proposait déjà « d’explorer des mécanismes exceptionnels pour éviter que le salaire minimum agisse comme une restriction pour certains groupes de travailleurs ayant plus de difficultés dans leur insertion professionnelle ». Le salaire minimum est de 645 euros.


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents