La peste et le choléra

On peut pas tous rester avec le doigt coincé dans le ciel pur des idées, tas de gauchistes.

J’ai quant à moi – je veux le dire ici sans fausse pudeur – une grande affection, mélangée de beaucoup d’estime, pour les « socialistes », et elle s’est encore augmentée la semaine dernière, au lendemain du premier tour de l’élection législative partielle de Villeneuve-sur-Lot – où ils se sont pris une gigantesque baffe –, avec leur appel à faire barrage au Front national et à voter par conséquent, au second tour, contre l’extrême droite. Car, en effet, je trouve quand même bien, dans une époque un peu…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents