Phèdre en pleine lumière

Marie Piemontèse revisite la tragédie de Racine en explorant le symbolisme du Soleil. Une expérience numérique et littéraire hors du temps.

De Phèdre la classique, l’auteure et metteuse en scène Marie Piemontèse ne garde dans Phèdre le matin que quelques traits de caractère. Tout juste assez pour que l’on reconnaisse l’héroïne racinienne. Un rapport à la lumière, surtout, aussi ambigu que l’amour que la femme de Thésée nourrit pour son beau-fils Hippolyte. Car, dans la mythologie grecque, Phèdre est descendante d’Hélios, le dieu Soleil. Une parenté qui remonte à loin, et que le long monologue de Marie Piemontèse, interprété par Isabelle Lafon,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.