Quand le peuple est privé de jeux

À l’exception du Tour de France, les sports populaires n’ont plus leur place sur la télévision gratuite. Une logique marchande dans l’air du temps, notamment portée par le Qatar.

Ce samedi 29 juin, la Grande Boucle entame donc le prologue de son centenaire. L’occasion pour France Télévisions de mettre le paquet sur l’épreuve. À coups de retransmissions en direct et de nombreux magazines, avant et après chaque étape, trois semaines durant. « Un dispositif exceptionnel », annonce le groupe public. Il fait bien. Le Tour de France reste le dernier sport populaire encore accessible sur la télévision gratuite. Qu’on en juge : côté foot, le championnat et la Ligue des champions…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents