Partager le congé parental

La ministre du Droit des femmes présente un projet de loi pour lutter contre les inégalités de carrières.

Ingrid Merckx  • 3 juillet 2013 abonné·es

Lutter contre le décrochage salarial. C’est ce qui a motivé la ministre du Droit des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, dans sa réforme du congé parental. Celle-ci constitue une des mesures phares de son projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes présenté le 3 juillet en conseil des ministres. Son objectif : passer de 18 000 pères en congé parental à 100 000 et décourager la prise de congés longs, autorisés jusqu’à six mois pour le premier enfant, et jusqu’à trois ans ensuite. Pour ce faire, le projet de loi propose d’autoriser, sur le congé long uniquement, l’un des deux parents à prendre 2 ans et demi et le second, le père dans la majorité des cas, les six derniers mois. Si le but était de favoriser le retour rapide des femmes au travail – une absence d’un an se solderait par un décrochage salarial de 10 % –, pourquoi ne pas avoir réduit le congé parental à une période plus courte, mieux indemnisée ? Pour une raison simple, a reconnu la ministre sur France Inter le 2 juillet : le manque de places en crèches. Créé dans les années 1980, le congé parental vient pallier l’absence de solutions d’accueil pour le jeune enfant. De plus, si le montant de l’allocation était plus important, les femmes seraient moins incitées à retravailler. Résultat : cette réforme va peiner à faire valoir son impact sur les inégalités de carrière.

Reste son volet déstigmatisant pour les hommes candidats au congé parental. Étant donné le montant du complément pour libre choix d’activité (CLCA) – 380 euros environ –, le congé parental long ne restera cependant envisageable que pour les foyers aisés (qui peuvent vivre trois ans avec un seul salaire) ou précaires – où le montant des aides équivaut à un salaire englouti par un mode de garde. Pour nombre d’associations familiales, il aurait mieux valu favoriser un congé mieux partagé et un meilleur encadrement des conditions de départ d’un salarié (pour l’employeur) et de retour. Autres dispositions : la création d’une garantie publique de recouvrement des pensions alimentaires. L’allocation de soutien familial versée par la CAF est augmentée, cependant que l’institution ira réclamer son dû. Aujourd’hui, 40 % des pensions ne sont pas versées, et un foyer monoparental sur trois vit sous le seuil de pauvreté. Concernant les sanctions contre les entreprises qui ne respectent pas l’égalité salariale et la parité, la ministre est attendue au tournant.

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé
Mobilisation 11 juin 2024

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé

Les organisations syndicales veulent poursuivre l’esprit unitaire de la bataille des retraites, conscientes, comme la société civile, que le combat ne fait que commencer jusqu’aux législatives.
Par Hugo Boursier
Kylian « Megalopolis » Mbappé
Sport 4 juin 2024 abonné·es

Kylian « Megalopolis » Mbappé

L’attaquant français rejoint logiquement le Real Madrid au terme d’un exercice de communication parfaitement maîtrisé. Le capitaine des Bleus est un des Français les plus médiatiques et influents aujourd’hui, ce qu’Emmanuel Macron a bien compris.
Par Nicolas Kssis-Martov
« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître