Politique culturelle : Intermittents

De nouvelles négociations sont prévues à l’automne concernant le statut.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Dix ans après une première réforme de l’assurance chômage qui a exclu un grand nombre de personnes du statut d’intermittents du spectacle, de nouvelles négociations portant sur les annexes 8 et 10 sont prévues à l’automne. Sans attendre, les organisations signataires, en 2004, de la plateforme du Comité de suivi (CGT Spectacle, Coordination des intermittents et des précaires, SUD Spectacle, Syndéac, SRF…), rejointes par d’autres en 2013 (SUD Culture solidaires, Syndicat des musiques actuelles, Syndicat du cirque de création…), se sont réunies le 17 juin pour réaffirmer leurs revendications. Celles-ci, rappellent ces organisations, ont été soutenues par les socialistes lorsqu’ils étaient dans l’opposition. Or, les actuels ministres de la Culture et du Travail ne prennent aucun engagement sur le contenu de ces annexes. Les organisations exigent également l’arrêt des pratiques de Pôle emploi, qui coupe les indemnités des allocataires quand ceux-ci doivent prouver leur bonne foi. Et réaffirment la nécessité d’une loi d’orientation sur le spectacle vivant et la création, engagement pris par le candidat Hollande. En ce début d’été, les organisations appellent à la mobilisation et à des « assemblées générales dans tous les lieux de travail et de festivals ». Avignon constitue bien sûr un rendez-vous important, où une rencontre-débat est notamment organisée le 14 juillet, de 13 h 30 à 16 h 30, au Magic Mirror du Village du off.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.