The National : un savant tissage qui cache bien son jeu

Le sixième album de The National dévoile lentement ses qualités au fil des écoutes.

Le 5 mai dernier, à l’instigation de l’artiste islandais Ragnar Kjartansson, The National a participé à un événement organisé dans l’annexe du Musée d’art moderne de New York. Sa participation a consisté à jouer le même morceau, « Sorrow » (« chagrin »), pendant six heures. Les versions diffèrent sur le nombre de fois où il a été joué, plus d’une centaine apparemment. On ne sait pas non plus combien d’interprétations différentes le groupe a réussi à produire à cette occasion. À la lumière de cette…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.