À Madagascar, les agriculteurs privés de forêt

Deux modèles de protection de la biodiversité se font face à Madagascar : alors que certains acteurs favorisent le développement agricole, les grandes ONG conservationnistes misent sur la répression et le commerce de crédits carbone.

Sophie Chapelle  • 19 septembre 2013 abonné·es

Une table de chevet, un petit lit à moustiquaire, deux chaises et une armoire, voilà à quoi se résume le mobilier de Nirilanto, un jeune paysan malgache. Sa maison est située dans la commune de Didy, au nord de Madagascar, dans un corridor forestier riche de forêts humides. Suspendus au plafond, des mousquetons, des cordes et un casque. « C’est avec ce matériel que je grimpe dans les arbres pour cueillir des feuilles de ravensara aromatica, d’où seront extraites des huiles essentielles », explique-t-il enjoué. Le matériel comme la formation lui ont été fournis dans le cadre du projet Cogesfor ^2 de gestion durable des ressources naturelles, entamé en 2009 avec l’appui du Fonds français

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 6 minutes