« la Vie d’Adèle » : Sur la passion, un cas d’école

Au-delà des polémiques, la Vie d’Adèle , d’Abdellatif Kechiche, est un grand film à problèmes.

C’est l’une des nécessités de la machine médiatique que de se trouver des objets propices à alimenter le spectacle permanent dont elle est à la fois l’instigatrice et la bénéficiaire. Avec la Vie d’Adèle, chapitres 1 et 2 (son titre intégral), et les polémiques qui l’accompagnent, nous sommes incontestablement en présence de l’un de ces objets, et même d’un morceau de choix : rien de ce qui concerne le film, depuis sa projection cannoise, n’a échappé à l’hystérisation collective. Ce fut d’abord sa…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Des écrans de fumée ?

Pédopsy : Nos futurs
par ,

Blog

 lire   partager

Articles récents