Mettre le nucléaire israélien à l’ordre du jour

Selon Bernard Ravenel, un processus de désescalade de l’armement de destruction massive est en marche au Moyen-Orient, mais Israël le combat afin de garder son monopole nucléaire dans la région.

Après la réunion de Genève, marquée par la volonté de l’Iran et des États-Unis d’aboutir à un compromis, Israël vient de dérouler le tapis rouge sous les pas de François Hollande pour le récompenser de sa position « ferme » sur le nucléaire iranien. Zone de grande concentration d’armes de destruction massive (ADM), où leur prolifération est la plus susceptible d’engendrer leur utilisation, le Moyen-Orient risque de s’acheminer vers une issue catastrophique. Mais trois événements sont en train de modifier…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.