Réforme des retraites: l’introuvable changement de cap

Michel Soudais  • 26 novembre 2013 abonné·es

L'Assemblée nationale a définitivement adopté , mardi après-midi, la réforme des retraites du gouvernement Ayrault, à une majorité plus large qu'en première lecture, malgré le recours au vote bloqué, une procédure que le PS jugeait en 2010 déshonorante et indigne.

Rejeté au Sénat le 5 novembre, le texte du gouvernement n'avait été voté par les députés le 15 octobre qu'à une majorité relative de 270 voix contre 249 en raison de l'abstention de 47 élus radicaux de gauche, écologistes et socialistes. Ces abstentionnistes avaient donc le pouvoir de s'opposer à cette réforme de régression sociale qui s'inscrit dans la continuité des réformes menées par les gouvernements de droite depuis 1993, avec un allongement de la durée de cotisation à 43 ans, qui aura pour principal effet de repousser

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Économie Travail
Temps de lecture : 3 minutes