Cette étrange mademoiselle Maier

Trois expositions, à Tours et à Paris, consacrent Vivian Maier, photographe méconnue et géniale, disparue dans l’anonymat. Durant trente ans, à Chicago comme autour du monde, elle a saisi la rue, ses insolites et ses drames.

Commençons par la fin. Vivian Maier meurt en 2009 à Chicago. Sans faire de bruit, discrètement. Et plutôt dans le dénuement. Née à New York en 1926, elle a passé une partie de son enfance avec sa mère, en France. Le père a déjà quitté le domicile familial quand mère et fille s’installent dans les Hautes-Alpes, à Saint-Bonnet-en-Champsaur. En 1938, elles sont de retour sur le sol américain. À 24 ans, Vivian Maier revient en France pour toucher l’héritage d’une grand-tante. De quoi voyager : à Cuba, au…

Il reste 93% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents