Le « héros » était un criminel

Ariel Sharon, mort à 85 ans, a poursuivi toute sa vie un seul but : chasser les Palestiniens ou les éliminer pour construire le « Grand Israël ».

Denis Sieffert  • 16 janvier 2014 abonné·es

On aura admiré depuis l’annonce de la mort d’Ariel Sharon, samedi, la prudence des médias français. Des numéros d’équilibristes pour rappeler que l’ancien baroudeur de l’armée israélienne était un « héros pour les Israéliens » et un « criminel pour les Palestiniens ». Un simple rappel

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 3 minutes