Sombre épisode grec

Les traces d’un camp de rééducation où plus de 80 000 citoyens grecs ont été internés.

Politis  • 16 janvier 2014
Partager :

Certains vestiges, en Grèce, ne sont pas vantés par les offices du tourisme. Ainsi, les ruines qui peuplent l’îlot de Makronissos ne sont autres que les traces d’un camp de rééducation où plus de 80 000 citoyens grecs ont été internés, entre 1947 et 1950, pour lutter « contre l’expansion du communisme ». Parmi les détenus, tous soumis aux privations et à la torture, des poètes, tels que Yannis Ritsos et Tassos Livaditis, dont certains textes, qu’ils avaient enfouis dans le sol dans des bouteilles, ont été retrouvés. De ce sombre pan de l’histoire grecque, Olivier Zuchuat a fait un documentaire, Comme des lions de pierre à l’entrée de la nuit, où celui-ci mêle de longs travellings sur les ruines du camp, des archives photographiques, les écrits poétiques des détenus écrivains, et les textes de rééducation diffusés en permanence dans les haut-parleurs. Une évocation pour réparer un oubli.

**Comme des lions de pierre à l’entrée de la nuit** , Olivier Zuchuat, 1 h 27.
Cinéma
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don