Des écoles plus chères pour les étrangers

Pour le Gisti, cette mesure introduit une discrimination.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dénonçant l’augmentation des droits de scolarité des étrangers dans des écoles publiques d’ingénieurs, le Groupe d’information et de soutien des immigré(e)s (Gisti) a déposé un recours en annulation auprès du Conseil d’État. Le 23 décembre dernier, en effet, le gouvernement décidait par décret d’une augmentation des droits de scolarité dans les écoles de l’Institut Mines-Télécom ainsi que dans les six écoles nationales supérieures des Mines. Les frais passant de 850 à 3 850 euros pour les étudiants étrangers, contre 1 850 euros pour les étudiants français ou européens. Pour le Gisti, cette mesure introduit une discrimination « injuste » mais aussi « illégale », allant à l’encontre du principe d’égalité.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents