L’imbroglio juridique

Les partisans des maïs transgéniques tentent de profiter de la confusion née d’une décision européenne.

Va-t-on le mois prochain semer des maïs transgéniques sur le sol français ? En dépit de l’interdiction décidée par la France en 2008 et confirmée en 2012, il n’est pas impossible que les partisans des OGM profitent d’un vide juridique créé par une décision européenne. Car, si les États de l’Union ont majoritairement voté contre l’autorisation du maïs TC1507 du semencier Pioneer DuPont, la majorité qualifiée, nécessaire pour interdire cet OGM, n’a pas été atteinte. Par ailleurs, le moratoire interdisant une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.