Dossier : PMA-GPA, nucléaire, françafrique, euro... Les débats interdits

Présidentielle : Un piège démocratique

L’élection du Président au suffrage universel direct produit des effets pervers.

Plus grand monde dans la classe politique ne conteste l’élection du président de la République au suffrage universel, instaurée par Charles de Gaulle en 1962. Pourtant, cette élection ne semble plus remplir les missions qui lui ont été assignées. Il s’agissait, à l’époque, de sortir du « régime des partis », qui avait fait faillite dans la crise algérienne, alors que la France d’aujourd’hui souffre d’un déficit de démocratie. Si cette institution paraît immuable, c’est qu’elle bénéficie d’une double…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.