« Tante Hilda ! » : entre la bulle et le bunker

Dans Tante Hilda ! , Jacques-Rémy Girerd et Benoît Chieux fantasment un combat jubilatoire entre le capitalisme dévorant et l’écologie puriste. Une comédie animée splendidement réalisée.

L’écolo vit sous cloche. Un palmier auburn sur la tête, pantacourt et débardeur, lunettes rondes, petit foulard enroulé négligemment comme discrète touche d’élégance, Hilda est un prototype. Botaniste qu’on devine de haut vol, elle vit dans des serres magiques, sorte de jardin anglais semi-fantastique, peuplé d’essences rares perchées sur une colline, et hérité de ses parents, qui sont devenus gentiment séniles. Sans-mari-sans-enfant, elle s’occupe d’eux avec tendresse et parle à ses plantes, qu’elle…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.