« Aimer, boire et chanter », d’Alain Resnais : libres perspectives

Aimer, boire et chanter , l’ultime film d’Alain Resnais, confirme son éternelle jeunesse.

Aimer, boire et chanter, un film « ouvrant de nouvelles perspectives » ? C’est ce que signifiait l’Ours d’argent-prix Alfred-Bauer, que le film a reçu au festival de Berlin en février. Et en effet, alors qu’Alain Resnais, à plus de 90 ans, souffrait dans son corps, il signait là son œuvre ultime qui trace de « nouvelles perspectives » parce qu’elle est avant tout une œuvre libre. C’est le plus important des héritages que laisse l’auteur d’ Hiroshima mon amour, cet éternel jeune homme : sa capacité à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.