Parutions de la semaine

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Atlas des Palestiniens

Un peuple en quête d’un État

Jean-Paul Chagnollaud, Pierre Blanc et Sid-Ahmed Souiah, cartographie de Madeleine Benoit-Guyod, éd. Autrement, 96 p., 19,90 euros.

Voici un précieux document pour qui veut comprendre le conflit israélo-palestinien. On a rarement condensé en un seul volume autant de données objectives, historiques, politiques, économiques, démographiques que dans cet atlas. Il est l’œuvre de trois grands connaisseurs de la région, Pierre Blanc, Jean-Paul Chagnollaud et Sid-Ahmed Souiah. En plus des textes, toujours concis et d’une remarquable efficacité, il faut signaler la qualité de la cartographie (quelque 120 cartes et infographies) préparée par la géographe Madeleine Benoit-Guyod. Indispensable pour tous ceux qui veulent actualiser leurs connaissances d’un conflit en perpétuelle évolution en raison d’une colonisation qui ne cesse d’empiéter sur les territoires palestiniens.

Le PSU s’affiche

30 ans d’affiches politiques

Collectif « Le Seau et la colle », préface de Michelle Perrot, éd. Bruno Leprince/Cahiers de l’Institut Tribune socialiste, 96 p., 7 euros.

« Ce recueil témoigne sur un temps révolu, le temps où les murs parlaient. » Michelle Perrot termine ainsi sa préface, évoquant au passage ses années de militantisme au Parti socialiste unifié (après avoir quitté le PCF stalinien en 1958), lorsqu’elle passait certaines de ses nuits à coller quelques-unes des belles affiches reproduites dans ce petit volume. Véritable histoire graphique de ce parti toujours en verve d’innovation, depuis sa fondation en 1960 jusqu’à son autodissolution en 1989, il donne à se remémorer ses principaux engagements : anticolonialisme (de la guerre d’Algérie à la Kanaky), temps libre et réduction du temps de travail, écologie, féminisme et, bien sûr, autogestion, avec notamment la séquence LIP. Déjà un « collector » !

Enquête ouvrière et théorie critique

Enjeux et figures de la centralité ouvrière dans l’Italie des années 1960

Andrea Cavazzini, Presses universitaires de Liège, 176 p., 23 euros.

À la fin des années 1950, de jeunes intellectuels dans la mouvance du PCI veulent lier militantisme et recherche théorique, en donnant la parole aux ouvriers. Ils inventent les « enquêtes ouvrières », que publient de nouvelles revues, en particulier les célèbres Quaderni rossi (Cahiers rouges). Parmi eux, Mario Tronti, Alberto Asor Rosa, Toni Negri… Chercheur en philosophie politique, Andrea Cavazzini retrace cette aventure, « à la fois intervention militante et production de connaissances », bientôt genèse de l’opéraïsme italien. Un livre brillant et fouillé sur le temps de la « centralité ouvrière, facteur décisif de l’histoire du XXe siècle ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents