Spinoza ou l’excommunication perpétuelle

Banni en 1656 par la synagogue d’Amsterdam, l’auteur de l’Ethique est aujourd’hui encore la cible d’accusations d’antisémitisme. Dans un livre passionnant, le philosophe Ivan Segré lui rend justice.

De Spinoza (1632-1677), on sait généralement au moins une chose : il a été excommunié par la communauté juive d’Amsterdam pour hérésie. On sait moins que la vindicte d’une partie de ses coreligionnaires lui a aussi valu un coup de couteau qui a déchiré son manteau – meurtre symbolique et meurtre tout court, même inabouti. Faisant le chemin inverse, c’est-à-dire retransformant l’acte en symbole, Spinoza n’a jamais fait rapiécer son manteau, et il n’a jamais cessé de s’en vêtir, comme pour témoigner de sa…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.