Ukraine : le jeu dangereux de Poutine

En envahissant la Crimée, territoire à majorité russophone, le Président russe défend avant tout son propre pouvoir à Moscou, que le « mauvais exemple » ukrainien menace indirectement.

En renforçant la présence militaire russe en Crimée, Vladimir Poutine a enfoncé une porte ouverte. Et il a inventé un genre nouveau d’intervention : l’invasion d’un territoire qu’il contrôlait déjà. En raison de son histoire, de sa population majoritairement russe, et pour le reste, russophone, la Crimée a davantage de liens avec Moscou qu’avec Kiev, dont elle ne dépend administrativement que depuis 1954. Pour toutes ces raisons, dont la moindre n’est évidemment pas la présence de la base militaire de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents