« La Ligne de partage des eaux », de Dominique Marchais : « Un cinéma pédagogique, pas militant »

Dans la Ligne de partage des eaux , Dominique Marchais donne à penser sur l’aménagement du territoire, entre villes et campagnes.

Après le Temps des grâces, en 2009, Dominique Marchais poursuit, avec la Ligne de partage des eaux, son exploration documentaire de notre environnement et des manières dont les hommes agissent sur lui. Entretien avec un réalisateur qui allie intimement cinéma et écologie. Pourquoi ces premières images avec un enfant faisant un puzzle ? Dominique Marchais : Le puzzle du film représente un grand paysage : une source avec autour des alpages, puis des jardins et, en bas, l’urbain, le village. C’est une vision…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.