Manuel Valls, à contre-pied de la gauche

Manuel Valls s’est construit en opposition aux idées de son parti, qui en fait aujourd’hui son héraut. « Socialiste, ça ne veut plus rien dire », déclarait-il en 2008.

Retour à Matignon. Manuel Valls connaît la maison. Il y a passé trois ans et demi auprès de Lionel Jospin comme « conseiller en communication ». Des années essentielles dans le parcours de cet apparatchik. Appelé auprès du Premier ministre après une défaite aux législatives à Argenteuil, il s’y fait connaître du gratin des médias et des instituts de sondage. Et s’y forge un solide carnet d’adresses bien utile quand, élu maire d’Évry en 2001 puis député en 2002, le jeune loup affichera sans complexe ses…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents